Copyright 2012

ET JE N'AI PAS UN COEUR D'OR (2009-2011)

Projections video sur peintures

Un dialogue entre les spécificités de la peinture et celle de la vidéo révèle l’état d’incommunicabilité du personnage, de l’actrice, de la femme. La peinture est perçue différemment selon le moment de projection. Soit seule avant la projection : une tache mystérieuse d’un noir nuancé se perd dans le grand format. Soit avec la projection d’un extrait de film: un visage féminin, dans un moment d’émotion intense, est gêné par une tache. Celle-ci est la trace des mouvements de la bouche, image après image. Enfin, après la projection, il y a un la tache noir s’apparent à l’effet de persistance rétinienne, ou, le séquelle d’un malaise.

La forme de la tache varie : elle est explosive, contenue, tournoyante ou, décrit une chute. Elle est le résultat d’un procédé de travail qui s’apparente aux geste de soin, de masquage ou de maquillage. Le choix des films dépend de la subjectivité de l’artiste mais aussi d’une volonté de transversalité dans l’histoire du cinéma ainsi que de déployer un panel d’émotions et de drames. Ceux-ci, souvent liés à l’amour d’un homme, exposent une faiblesse sociale de la femme. Les mots issus des différents extraits sonnent fort et résonnent entre eux. On entend tout à la fois: «Je veux m’habiller», « Je veux être vieille», « Je suis une merde», «Je suis forte».

AND I HAVEN'T A HEART OF GOLD (2009-2011)

video projections on paintings

A dialogue between the specificities of the painting and the video reveals the state of uncommunication of the character, the actress, the woman. The painting is perceived differently depending on the moment in which the projection takes place. Either alone before the screening: a mysterious stain a nuanced black is lost in the large format. Either with the projection of a film clip: a female face in a moment of intense emotion is hampered by a spot. This is the trace of the movements of the mouth, image after image. Finally, after the screening, a black spot appears as the effect of visual persistance, or the aftereffect of a malaise.

The shape of the spot varies: explosive, contained, or whirling, it describes a fall. It is the result of a work process that is similar to a caring gesture, masking or making up. The choice of films depends on the artist's subjectivity but also a willingness to traverse the history of cinema and to deploy a range of emotions and dramas. These, often related to the love a man, expose the social weakness of women. The words out of the different excerpts sound out loud and resonate amonst them. We are able to hear at the same time: "I want to dress", "I want to be old," "I am strong", "I'm shit."